signatures electroniques
La signature électronique, à quoi ça sert ?

La signature électronique que l’on appelle également signature numérique est une technologie reposant sur la cryptologie d’un document qui permet de garantir l’intégrité de ce dernier, d’authentifier les signataires par analogie et de s’assurer du caractère infalsifiable dans le temps.

La définition de la signature numérique peut-être différente entre les Pays, en fonction de la législation. Fort heureusement, les lois tendent à s’unifier dans la plupart des régions économiques comme en Europe et en Amérique du Nord. En Europe par exemple, l’ensemble des pays sont régis par la même réglementation appelée eIDAS unifiant ainsi la signature numérique au sein des Pays de l’UE. Toujours selon l’eIDAS, il existe trois niveaux de signature que l’on qualifie de simple, avancée ou qualifiée. Les trois ont une forte valeur légale et sont recevables devant un juge. Mais les signataires de contrats à forte valeur préfère généralement les types de signatures dites avancées ou qualifiées pour minimiser les risques, car ces deux dernières impliquent un niveau d’authentification plus fort du signataire et un niveau de cryptologie plus élevé pour le document.

Sur quoi repose la signature numérique ?

La signature électronique repose sur un ensemble de facteurs lui donnant ainsi un fort poids légal, tout comme la signature manuscrite. En effet, la signature manuscrite et la signature numérique sont équivalentes du point de vue légal. Mais cette dernière repose sur de nouvelles technologies garantissant un niveau de sécurité supérieur à la signature traditionnelle. Elle repose effectivement sur deux aspects fondamentaux :

  • L’authentification du signataire : le signataire va effectivement disposer d’un code de cryptage unique le reliant lui seul au document signé.
  • L’intégrité du document dans le temps : grâce au procédé de cryptologie, les documents numériques seront infalsifiables et inaltérables contrairement à un document papier qui lui peut-être corrompu.

Légalement, le signataire ne pourra en aucun cas contester la signature du document en question.

Le document est crypté par un procédé qu’on appelle le hachage qui est basé sur l’utilisation d’un certificat numérique, c’est ce qu’on appelle la signature avec certificat. Par exemple, une signature avec un stylet sur une tablette de réception d’un colis ne donne pas lieu à une signature à valeur légale, car l’authentification et le hachage manquent.

Concrètement, pourquoi devrions-nous tous utiliser la signature numérique ?

Le premier avantage de la signature électronique est le gain de temps opérationnel, car cette dernière ne nécessite pas la présence physique des acteurs. Elle peut également faciliter la transformation des clients étant donné la rapidité et la simplicité du processus de la signature.

Le deuxième avantage est sans aucun doute le gain en productivité, car il n’y a quasiment plus de temps de traitement et d’archivage des documents manuscrits sans oublier l’impact du temps sur ces derniers. La signature électronique permet effectivement d’archiver en quelques clics et en toute sécurité.

Vous cherchez une solution pour passer à la signature électronique ? nous vous invitons à consulter le site connective.eu qui offre une solution très simple et intuitive à travers un outil facile d’accès qui remplira parfaitement vos besoins en signature numérique.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *